Interview de Jean-Christophe Estoudre, dirigeant de Sofi Groupe par Yves Jego, Fondateur de la certification Origine France Garantie 

Le « made in France » est tendance, c’est incontestable. Au patriotisme économique s’est ajouté l’enjeu environnemental et le circuit court pour soutenir la production locale. C’est à ce double enjeu que répond Sofi Groupe, belle entreprise située au cœur de l’Hérault, dirigée par Jean-Christophe Estoudre que nous avons rencontré.

 Yves Jégo: comment est né Sofi groupe ?

Jean-Christophe Estoudre : Il y a 10 ans, avec une poignée de cadres d’une entreprise qui œuvrait au service des Telecom, nous avons repris notre société située à quelques kilomètres de Montpellier à Saint-Mathieu-de-Treviers.

L’entreprise qui ne comprenait plus que 11 salariés est devenue Sofi groupe et s’est imposée, en quelques années, comme le leader français du reconditionnement des smartphones. Voilà une aventure humaine et industrielle qui est incroyable avec un peu de recul.

Yves Jégo: Quelques chiffres ?

Jean-Christophe Estoudre : Aujourd’hui, les 100 salariés donnent une seconde vie à près de 10 000 téléphones chaque mois avec une palette de plus de 1000 références. Nous sommes un parfait exemple de circuit court. Quand on sait que 100 millions de téléphones dorment dans les tiroirs, on se dit qu’il est indispensable d’agir pour limiter ce gâchis. Nous avons fait ce pari de le faire en France pour limiter l’impact carbone et économiser des ressources naturelles.

Yves Jégo: Vous avez fait émerger un savoir-faire en inventant un métier nouveau ?

Jean-Christophe Estoudre : C’est exact ! Notre approche et très éthique avec, par exemple, l’effacement systématisée des données des téléphones usagés qui entrent chez nous. Nous avons aussi, en interne, digitalisé tout notre process de remise en état, de gestion des stocks de pièces détachées et d’évaluation financière des smartphones. Pour que le modèle économique soit valide il est indispensable d’être ultra rigoureux et notre succès repose sur un process « maison » très exigeant 

Yves Jégo: Pensez-vous que ces démarches de deuxième vie des objets vont se développer?

Jean-Christophe Estoudre : Pour la planète, c’est indispensable ! Des premiers pas ont été fait dans la réglementation pour favoriser les produits remis à neuf et c’est porteur pour créer une véritable filière française du reconditionnement organisée et performante. On peut sans doute aller plus loin pour accélérer ce développement avec, par exemple, une TVA à 5,5 sur les objets remis en état. Ça serait une bonne mesure, simple d’application et porteuse de progrès considérable pour éviter le gâchis qui nous voit jeter tellement d’objets que nous pourrions reconditionner et réutiliser.

Yves Jégo: Sofi groupe voit donc la vie en vert ?

Jean-Christophe Estoudre : C’est extrêmement difficile de développer une industrie comme la nôtre. Mais nous sommes des militants de la planète et nous avons la chance de bénéficier du soutien d’un écosystème local performant renforcé, aujourd’hui, d’une attention positive des consommateurs. Alors nous nous battons pour que l’avenir soit meilleur !