Alors que le Danemark et ses deux pays frontaliers, la Norvège et la Finlande, entrent en état d’urgence et mettent en place des mesures de confinement, la Suède, elle, surprend et adopte une politique contraire. Au 1er avril, la Norvège compte 4 798 cas et 43 morts contre 3 092 cas et 104 morts pour le Danemark et 1 446 cas et 17 morts pour la Finlande; des chiffres en dessous de la moyenne européenne. Afin de protéger leurs populations, les trois pays se sont mis en état d’urgence et ont pris des dispositions de confinement. Le Gouvernement danois a été le premier de ces Etats du nord de l’Europe à fermer ses frontières et à entrer en confinement, suivi de la Norvège. De son côté, le Gouvernement finlandais a fait passer une loi restreignant la liberté de circulation des personnes entre la région de la capitale Helsinki-Uusimaa et le reste de la Finlande jusqu’au 19 avril. La Suède, quant à elle, compte 4 947 cas et un nombre de 239 morts, des chiffres plus élevés que ses voisins. Elle a cependant opté pour des mesures de non-confinement.  Des images partagées par les internautes suédois ont surpris à l’international. En effet, la vie en Suède semble suivre son cours et la population continue à s’installer aux bars, à profiter des parcs, à se promener dans les rues…
 
En effet, la Suède est l’un des rares pays où il est encore possible de se déplacer librement. Les crèches, les écoles et les collèges demeurent ouverts (les lycées sont cependant fermés), et le télétravail est seulement recommandé. Certains parents inquiets préférant garder leurs enfants chez eux sont priés de les renvoyer en classe, car, selon les affirmations de l’Agence de Santé Publique Nationale, les enfants ne représenteraient pas un vecteur majeur de transmission. Les établissements relatifs aux loisirs, comme les restaurants, cafés, bars, cinémas et salles de gym maintiennent leur service. Cependant, l’approche des vacances de Pâques va multiplier leurs fréquentations en ce temps de crise sanitaire où les rassemblements sont à proscrire. Le Gouvernement suédois assume son choix et prépare la population à de nombreux morts dans les semaines à venir. Il adopte une stratégie alternative. A l’instar du reste du monde, son objectif est avant tout de ralentir la propagation du virus, pour éviter un engorgement des hôpitaux. Cependant, le Gouvernement mise sur l’acquisition de la fameuse « immunité collective », qui stoppera le virus. Il appelle à la responsabilité de chacun et au civisme pour demeurer vigilant, en pratiquant la distanciation sociale, et en ne sortant pas si l’on présente un état grippal. Le Gouvernement suédois conseille, par ailleurs, aux personnes de plus de 70 ans d’éviter le contact social.
Tout cela n’est que simple incitation et recommandation, mais aucune mesure concrète n’a été adoptée pour obliger la population à respecter ces règles. L’épidémiologiste responsable de l’Autorité de Santé Publique, Anders Wallensten, a déclaré : « En Suède, on a l’habitude d’avoir recours à des mesures qui ne sont pas obligatoires et les gens font ce qu’on leur recommande de faire ». Il a par ailleurs exprimé la nécessité d’adapter une stratégie de durée: « Il faut trouver le juste milieu pour, par exemple, ne pas compliquer la vie des gens qui travaillent en fermant les écoles ».