En ce début d’année, une course contre la montre est lancée entre l’épidémie et la vaccination, qui s’accélère enfin. L’enjeu : sauver des vies, bien évidemment, mais également réduire les répercussions sociales et économiques de la crise sanitaire, la capacité de rebond, la crédibilité et la force de la relance. 

Gérer le temps court, – c’est-à-dire la fermeture des bars et restaurants, des lieux culturels, des infrastructures sportives, des stations de ski, l’étiolement d’une partie de notre économie, la pauvreté -, et en même temps, le temps long, –  préparer la relance, s’occuper de notre jeunesse et investir dans les filières émergentes jugées stratégiques ; telle est « l’hybridation », pour reprendre le mot de la philosophe Gabrielle Halpern, qui s’impose à notre gouvernement. De celle-ci dépendra l’avenir de notre pays et le choix de nos concitoyens pour les échéances à venir.