Un transporteur universel d’oxygène
La société de biotechnologie bretonne Hemarina a mis au point une molécule qui est un transporteur universel d’oxygène issu des vers marins. Cette molécule, M101, fixe 40 fois plus l’oxygène que l’hémoglobine humaine et a le potentiel d’être un bon candidat pour traiter le syndrome de détresse respiratoire qui est responsable de la mort par le Covid-19 et pourrait sauver des vies dès à présent à l’heure où les services de réanimation sont dramatiquement surchargés.
En effet, la raison principale de la dangerosité du Covid concerne l’incapacité physiologique d’un patient infecté à délivrer de l’oxygène à son organisme, et c’est précisément la fonction de cette molécule, utilisée jusqu’à présent pour l’oxygénation en matière de greffes.
 Début imminent des premiers essais cliniques
Hemarina est prête à mettre à disposition des autorités sanitaires sa plate-forme technologique et ses 5.000 doses de produits déjà existants pour lutter contre les syndromes les plus graves du Covid-19.
Les essais cliniques, approuvés par l’ANSM doivent commencer dans les jours qui viennent dans 2 hôpitaux parisiens. De nombreux praticiens hospitaliers sont demandeurs d’utiliser cette molécule de manière urgente, l’un des plus en pointe est le Pr Laurent Lantieri, Chef du service de chirurgie reconstructrice à l’Hôpital Européen Georges-Pompidou qui souhaite tester ce produit au plus vite afin de faire face au pic prévisible de l’épidémie.
L’espoir d’un traitement simple contre les difficultés respiratoires aïgues
En traitant des patients atteints de difficultés respiratoires du fait du Covid-19 avec une molécule qui a une forte capacité oxygénante, on pourrait ainsi soulager très directement et notablement les services de réanimation où le nombre de respirateurs est le principal goulot d’étranglement. De plus ce traitement est simple à mettre en œuvre et ne surcharge donc pas les équipes médicales.
Cette technologie est validée par des dizaines d’articles scientifiques. Elle est déjà testée pour l’oxygénation des greffons avec un succès ainsi que sur des oxygénations du cerveau.  Les résultats des premiers essais cliniques vont dans les jours qui viennent confirmer ou informer les espoirs mis dans ce traitement potentiel.