Les assureurs s’engagent à contribuer au fonds de solidarité mis en place par les pouvoirs publics en faveur des très petites entreprises et des indépendants. Une contribution à hauteur de 200 millions d’euros a été annoncée. Cette mesure vient s’ajouter à l’engagement pris le 19 mars de conserver en garantie les contrats des entreprises en difficulté en cas de retard de paiement, suite à l’épidémie de COVID-19, et ce, pour l’ensemble de la durée du confinement.
Alors qu’aujourd’hui, le « risque épidémie » reste exclu de la plupart des contrats, une réflexion devra s’ouvrir pour la création d’un régime de type assurantiel destiné à intervenir en cas de future catastrophe majeure, sur le modèle de « l’état de catastrophe naturelle ».
Voir le site