Tout comme la disruption a été un choc pour beaucoup, la crise liée à COVID-19, crise sanitaire, économique et existentielle, alerte avec fracas sur nos excès et nos contradictions. Dans l’œil du cyclone, nous pensons déjà à l’« après », ce monde à venir que nous imaginons meilleur, plus raisonnable, plus équitable parce que nous aurons tiré des enseignements de cette épreuve, et que nous en serons sortis plus forts.
Que ressortira-t-il de bon de cette pandémie mondiale, de ce malheur qui met à rude épreuve les nerfs, les certitudes et la cohésion nationale ? Plus que jamais, construire sur ce qui rassemble devient une question de survie. Cette formidable nécessité de repenser nos modèles dans ce contexte sans précédent, d’imaginer la disruption, les grandes ruptures technologiques et sociétales, la transition écologique… nous offrent l’opportunité d’une nouvelle « Renaissance ».
Voici venu le temps de créer les conditions d’une innovation permanente, de donner une autre dimension au rôle social des organisations, de reconsidérer l’influence humaine à l’heure où l’inclusion des populations les plus fragiles et la préservation de la biodiversité représentent des enjeux majeurs en ce début de III° millénaire.
Oui, voici venu le temps de repenser les modèles, les organisations, la société, l’humanité, de bâtir un nouveau récit tout en l’ancrant dans l’histoire, dont nous sommes héritiers. Et non dans une réécriture de l’Histoire comme nous sommes souvent tentés de le faire. Parce qu’« On ne change jamais les choses en combattant la réalité. Pour changer quelque chose, il faut construire un nouveau modèle qui rende le modèle existant obsolète » Buckminster Fuller(1).
Au-delà de la transformation technologique et numérique, une transformation culturelle et générationnelle est enclenchée. Cette marche du progrès qui ne s’arrête jamais doit servir l’humain, non l’asservir. Au plus fort de la crise, l’Intelligence artificielle, l’impression 3D, les réseaux numériques, les startups et industries de pointe… démontrent leur efficacité, leur agilité, leur solidarité, se portant au secours d’un système médical dépassé par l’ampleur de la pandémie.
Saurons-nous poursuivre cette urgente métamorphose, nous montrer toujours plus créatifs au cœur de ce renouveau ? Saurons-nous prendre suffisamment soin des autres dans la société et dans l’entreprise ? Saurons-nous protéger les plus faibles comme l’intime la plus belle devise au monde, cette fraternité qui orne nos frontons républicains, ce socle sans lequel les autres valeurs républicaines n’auraient aucun sens ?
Saurons-nous rendre obsolète le modèle existant qui ne répond plus aux grands enjeux de ce nouveau siècle ? Qu’est-ce qui nous rassemble Français, Européens ? Qu’est-ce qui nous lie profondément, au-delà de nos différences ? Quels sont nos désirs communs, ceux qui nous permettraient d’envisager ensemble le futur avec sérénité ? Comment se penser comme un tout dans l’altérité des êtres et des « autres qu’humains » (animaux, végétaux) et de la biodiversité ? Comment dépasser l’anthropocentrisme, cette vision instrumentale de la nature réduite trop souvent à un ensemble de ressources dont nous pourrions disposer jusqu’à épuisement ?
Ce signal d’alarme nous alerte aussi sur la fragilité des démocraties. Il nous rappelle que derrière les peurs restent tapies dans l’ombre ces passions mauvaises, la haine et l’intolérance, qui doivent nous alerter et renforcer notre vigilance.
Alors que nous vivons un de ces tourbillons de l’Histoire susceptibles de faire chavirer le fragile équilibre du monde, le temps est venu de se poser très sérieusement cette question : que voulons-nous faire de notre XXI° siècle ? Nous sommes sans aucun doute à l’aube d’une nouvelle ère…
Toutes ces questions seront abordées le 25 juin à la Cité des sciences et de l’industrie (Paris) dans le cadre du Forum Changer d’Ère#8, « Ruptures… et renaissance ! », placé sous le haut patronage du Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron.

éronique Anger-de FribergVéronique Anger-de Friberg
Présidente du Forum Changer d’Ère
www.forumchangerdere.fr

1)Architecte, écrivain, inventeur, futuriste et philosophe américain (1895-1983).
Bio :
Écrivain, « passeurs de savoirs », Véronique Anger-de Friberg est la créatrice et la présidente du Forum Changer d’Ère, l’événement de la transformation digitale.